De A à Z,

les auteurs et les références qui font le management

CROZIER Michel (1922/2013)

Classification : approche sociologique

Michel Crozier est considéré comme un pionnier de la sociologie des organisations et le fondateur de la sociologie française des organisations. Chercheur au CNRS, il y avait fondé en 1962 le Centre de sociologie des organisations (CSO).

Diplômé de HEC, il part 14 mois aux Etats-Unis pour y étudier les syndicats. A son retour en France, il publie les résultats de son enquête, passe un doctorat en droit et entre au CNRS.
Différentes recherches et travaux vont alors se succéder et en 1964 il publie sa thèse d’Etat «  Le Phénomène bureaucratique » puis plus tard (1977) « l’acteur et le système ».
En faisant apparaître dans une approche systémique les relations de pouvoir en fonction du jeu des acteurs, l’approche de Crozier est très éclairante pour le management des organisations .

Ses travaux et leur portée :

  • Le phénomène bureaucratique ou la dénonciation de l’approche bureaucratique des organisations

«  Le Phénomène bureaucratique » (1964) est le livre fondateur de la sociologie des organisations en France. Au delà de la critique de l’approche weberienne des organisations, on y trouve tous les éléments de l’analyse stratégique, l’un des apports méthodologiques majeurs de Michel Crozier.
Pour Max Weber, la bureaucratie correspondait à un « idéal-type » organisationnel : ainsi cette organisation hiérarchisée (la carrière dépend de la notation) avec des procédures écrites systématiques (des règles) où les rémunérations évoluent selon une grille fonction du grade et de l’ancienneté apparait comme la meilleure forme d’organisation (« one best way organisationnel »).
Crozier va non seulement rejeter mais dénoncer cette approche bureaucratique des organisations :
La dimension mécaniste des organisations bureaucratiques est inadaptée face à la complexité et au caractère turbulent des environnements.
La règle n’est pas la forme exclusive de coordination ni la forme la plus efficiente. Ainsi, toute organisation n’est pas composée que de règles qui permettent de tout prévoir de manière optimale. Il existe en effet de nombreux espaces non prévus par la règle; Crozier les dénomme « zones d’incertitude ». Le salarié qui n’est pas un simple spectateur d’une organisation coordonnée par la règle est en réalité un acteur organisationnel : il va notamment chercher à maîtriser ces zones d’incertitude pour s’arroger des espaces de liberté et de pouvoir (« le pouvoir du marginal sécant »).
Les jeux de pouvoir et les relations interpersonnelles vont donc aussi participer à la gestion de la vie organisationnelle au même titre que la règle formant ainsi « l’espace d’action concret » au sein duquel le salarié évolue en particulier en tant qu’acteur.

 Principales publications :

  • Mouvements ouvriers et socialistes, chronologie et bibliographie (1750-1918) (avec Édouard Dolléans), éd. Ouvrières, 1949
  • Années 1950
    Usines et syndicats d’Amérique, éd. Ouvrières, 1951
    Petits fonctionnaires au travail, Paris, éd. du CNRS, 1956
    De la Bureaucratie comme système d’organisation, Archives européennes de sociologie
  • Années 1960
    Le Phénomène bureaucratique, Paris, Le Seuil, 1963, coll. Points et Essais
    Pouvoir et organisation, Archives européennes de sociologie,
    Le Monde des employés de bureau, 1965
  • Années 1970
    La Société bloquée, Paris, Le Seuil, 1971
    Sentiments, organisation et systèmes, Revue française de sociologie, no 12, pages 141-154
    Où va l’administration française ?, avec Erhard Friedberg, Catherine Grémion et al., Paris, éd. d’Organisation.
    The Crisis of Democracy, New York University Press, 1975 (avec Samuel P. Huntington et Joji Watanuki)
    L’Acteur et le Système (en collaboration avec Erhard Friedberg), Paris, Le Seuil, 1977
    On ne change pas la société par décret, Paris, Fayard, 1979
  • Années 1980
    Le Mal américain, Paris, Fayard, 1980
    État moderne, État modeste. Stratégies pour un autre changement, Paris, Fayard, 1986
    L’Entreprise à l’écoute, Paris, Interéditions, 1989
    La Crise de l’intelligence, Paris, Interéditions, 1995
  • Années 2000
    À quoi sert la sociologie des organisations ?, Paris, Arslan, 2000
    Ma belle époque : mémoires [1], 1947-1969, Paris, Fayard, 2002
    Quand la France s’ouvrira, avec Tilliette B., Fayard, Paris 2002
    À contre-courant : mémoires [2], 1969-2000, Paris, Fayard, 2004
    Nouveau regard sur la société française, Paris, Odile Jacob, 2007